LES MOUCHES <> LES DIPTÈRES  autres que SYRPHIDÉS

Ésope raconte dans une de ses fables :
 Une mouche tomba dans une marmite de viande. Sur le point de mourir noyée dans la sauce, elle se dit :
 « Eh bien, maintenant que j’ai mangé, bu et pris un bain, que m’importe de mourir ? »

Pour présenter quelques mouches croisées çà et là dans le Sud-Corrèze,
on parlera plus précisément de diptères, insectes possédant une seule paire d'ailes en général,
qui en plus des mouches composent par exemple aussi des syrphes, moustiques, taons, moucherons...
Devant tant de diversité (150.000 espèces décrites pour notre Monde),
il est bon pour être précis et d'éviter les pattes de mouche, n'est-ce-pas ?
Pour illustrer notre relation étroite avec la bestiole, rendons-nous au cœur du sujet et faire mouche,
même si celle-ci est parfois perçue comme une drôle d'enquiquineuse !



Par la suite j'essaie de nommer les photos présentées, j'ai bien sûr recherché les diverses possibilités en croisant
bon nombre d'informations qu'offre le Web et les guides, mais je n'ai pas utilisé les outils des spécialistes, d'ailleurs peu nombreux,
 c'est à dire une série de descriptions scientifiques qui en se précisant font la différenciation entre les espèces.
Alors les dénominations utilisées dans ces longues pages restent indicatrices et ont pour but  
plus simplement de situer l'insecte dans le labyrinthe infini des classifications entomologiques.

Cette première page sur les mouches n'inclut pas les Syrphidés, une famille importante des diptères,
qui sont  l'objet d'une seconde page :  les Syrphidés

Atherix_ibis
Atherix ibis  : ici probablement le mâle de l'espèce, une espèce peu rencontrée et posée
sur une carrosserie de voiture mais, vous avez remarqué également, qu'elle décore le fond de page.

Parfois pour illustrer d'une autre manière cette présence des mouches dans la vie des hommes,
quelques textes, aphorismes seront introduits en italique bleu foncé.
Quand la mouche devient mouchard
Au XVe siècle, les caractéristiques de l’animal, très mobile,  sont utilisées dans des expressions
 telles que «une fine mouche», qui désigne une personne astucieuse, habile, rapide intellectuellement,
ou «une mouche» pour désigner un espion, c’est-à-dire quelqu’un de vif, de rapide. 
Cette dernière idée a donné le terme péjoratif  «mouchard», qui est aussi bien un délateur qu’un enregistreur de comportement.



Les BOMBYLES

Bombylella_atra
Bombylella atra  : une autre espèce assez massive rarement observée également au jardin.

Bombylius_trichurus
Bombylius trichurus  : sur une fleur de Vipérine à feuilles de plantain,
une plante méridionale installée depuis longtemps dans le village.

Bombylius_sp
Bombylius sp.

La mouche s'assit sur l'essieu du chariot et dit : Quelle poussière je soulève !. ..[ Francis Bacon ]

Bombylius_sp
Bombylius sp.

Villa_hottentotta
Villa hottentotta : le Bombyle hottentot sur le lierre en fin de saison.


Villa hottentotta : deuxième vue du Bombyle hottentot sur le lierre, un diptère pas très fréquemment observé.




Les  ASILIDES ( les mouches à toison )

Machimus_cyanopus
Machimus cyanopus  : un Asilidae assez long (+ 25 mm) posé sur une une grande marguerite.

Empis_ciliata
Empis ciliata  : mouches prédatrices à longues pattes et bien adaptées pour faire de la barre fixe.
L'accouplement des Empis est  précédé par l'offrande d'un insecte capturé par le mâle à l'attention de la femelle.
Dans le cas de la photo du dessus, il semble que le mâle de l'empis (en haut) ait pris un autre diptère du genre bibio,
un cadeau souvent choisi pour séduire la femelle peut-être amatrice de noir désir ...
Les larves se développent dans le sol où elles se nourrissent de larves d'autres espèces et de petits invertébrés.

Empis_livida
Empis livida  : victime ici certainement d'un champignon qui recouvre l'abdomen.

Empis_livida
Empis livida  : La Mouche danseuse fait partie de la  famille des Empididae

Empis_livida
Empis livida  : La Mouche danseuse sur choisya ternata au jardin.

Cerdistus_erythrurus
Probablement : Cerdistus erythrurus

Asilidae sp
Asilidae sp.

Empis_tessellata
Probablement : Empis tessellata Empis marqueté femelle qui a un abdomen ovale qui se termine en pointe.
Le mâle a un abdomen cylindrique qui se termine en arrondi.

Molobratia_teutonus
Molobratia teutonus :   Asilidae, prédatrice ou "mouche rapace" se jette sur des proies vivantes en vol (mouches, abeilles, libellules...)
en les  transperçant  par la trompe : injection de salive neurotoxique et dissolution puis aspiration du contenu de la victime paralysée.

Molobratia_teutonus
Molobratia teutonus :  on distingue la courte trompe chitineuse du genre perceur suceur et la moustache roussâtre,
cette espèce évite le jardin et  fréquente plutôt les zones humides en contrebas du village.





Diptère non déterminé pour l'instant.






Un lion mort ne vaut pas un moucheron qui respire. Voltaire, Le Précis de l'Ecclésiaste


Bibio_hortulanus
Bibio hortulanus : 
Le bibion précoce fait partie de ce qu'on appelle communément les mouches de la Saint-Marc

Bibio_hortulanus
Bibio hortulanus : La Mouche de la Saint-Marc  


Les TACHINIDES

Cylindromyia_sp
Cylindromyia sp.  : autre espèce de même genre, cependant plus rare dans ses apparitions.

Cylindromyia_bicolor
Cylindromyia bicolor  : assez souvent observée dans le jardin.

Peleteria_varia
Peleteria varia

Tachina magnicornis
Tachina magnicornis

Tachina fera
Tachina fera
Le larves du genre Tachina sont parasites d'Insectes : les femelles déposent leurs oeufs (ovipares) ou leurs larves (vivipares)
 sur les larves d'Insectes (l'hôte sert de réserve de nourriture fraiche en rentrant dedans!)
Ce sont donc des auxiliaires utilisés en lutte biologique
(on doit aux Tachinides plusieurs réussites de lutte biologique dans les régions tropicales :
contre les "foreurs" de la canne à sucre, contre la Zygène du cocotier...)

Phasia hemiptera
Phasia hemiptera

Phasia
Probablement : Phasia hemiptera , l'Alophore hémiptère mâle. 


Ectophasia_crassipennis
Ectophasia crassipennis : la Phasie crassipenne fait partie desTachinidae
qui sont souvent de grosses mouches à l'abdomen large et aplati.


Ectophasia sp.
Ectophasia sp.

l'aigle ne prend pas les mouches.
Les lois sont semblables aux toiles d'araignée, qui attrapent les petites mouches, mais laissent passer guêpes et frelons.


Tachina_grossa

Tachina grossa :  l'Échinomyie grosse ou tachinaire corpulente de la famille des Tachinidae.
C'est la plus grosse mouche d'Europe. Sa larve parasite des chenilles de papillons.

Tachina_grossa
Tachina grossa

La mouche : une des dix plaies d'Egypte !
L'Ancien Testament rapporte que dix plaies frappèrent l'Égypte : pour convaincre Pharaon de libérer son peuple,
Moïse entreprend une épreuve de force en déclenchant une série de fléaux qui vont s'abattre sur l'Égypte ;
les magiciens royaux vont tenter de contrecarrer le plan de Moïse, mais devront s'avouer vaincus,
Le quatrième fléau consiste en une invasion de mouches: « ... des taons en grand nombre entrèrent dans la maison de Pharaon,
dans les maisons de ses serviteurs et dans tout le pays d'Égypte; le pays fut ruiné à cause des taons » (Livre de l'Exode).
En 2002, deux géologues ont affirmé que ces dix plaies pourraient être bien réelles.
Selon eux, l'éruption du volcan Santorin a pu engendrer des pluies exceptionnelles.
Certaines espèces animales, dont les mouches, en ont certainement tiré profit
pour se reproduire à une échelle plus importante que d'habitude.




tipula
Tipula sp. : long diptère quelquefois pris pour un moustique, avec d'assez nombreuses espèces dans le genre.




Rhagio scolopaceus
Rhagio scolopaceus






Stratiomys potamida : Mouche soldat si on se réfère au grec 





Des mouches avec quelques caractéristiques surprenantes :

Clogmia_albipunctata
Clogmia albipunctata   : petite mouche poilue apparaissant dans les maisons
au cours des étés très chauds comme c'est de plus en plus le cas ces dernières années.

Terellia_tussilaginis
Terellia tussilaginis : Les larves de cette espèce se nourrissent de bardane, plus rarement de chardons et centaurées.


une mouche non déterminée pour l'instant.


Toxoneura muliebris : la  Palloptère jolie,  petite mouche (4-6 mm) aux grandes ailes bordées d'une marge colorée,
 Quand je la vois posée sur la feuille de Choisya, elle marche les ailes étalées et
 toujours agitées comme sur la photo ci-dessus
comme pour bien mettre en valeur leur dessin particulier.
Remarquée également dans la maison en fin d'été.

Trichopoda_pennipes
Trichopoda pennipes  : sur un des hébés du jardin d'été.
Grosse tête, ailes oranges et noires, thorax jaune rayé de noir, ailes étalées sur les côtés,
même si elle n'est pas très grande (1cm) on la repère dans le jardin.
On distingue bien ses gros cuillerons blancs (calyptères) qui cachent ses balanciers.
Tachinidae d'origine Sud-américaine qui parasite d'autres insectes.
Ennemi des punaises. Comme de la Punaise verte [Nezara viridula] qui est son "hôtesse" principale,
punaise qui est un Pentatomidae mais elle s'attaque aussi aux punaises de la famille des Coreidae.
Elle pond sur sa victime, puis après éclosion, les petites larves vont entrer dans la punaise et s'en nourrir.
Curieusement elle pond plusieurs œufs mais en final un seul donnera une nouvelle mouche.
La punaise va être mangée de l'intérieur et elle finit par succomber à son occupant qui sort enfin de son hôtesse bien malgré elle.

Deux attitudes de la ballerine frangée
 Elle est naturellement apparue en Amérique du nord où elle est utilisée pour la lutte biologique,
en particulier pour lutter contre les punaises de la courge.
Elle s'est retrouvée introduite en Europe, au départ en Italie, et pour une fois,
voila une introduction accidentelle qui semble avoir été un profit.
Les tibias de ses pattes arrières, sont munis d'une frange qui semble sortie de la conquète de l'Ouest  
Cet ornement lui a valu son nom redondant : trichopoda: pied chevelu (grec), pennipes: pied plumeux (latin).

Helina impuncta
Helina impuncta : une mouche plutôt claire dont je ne sais pas grand chose !

Euleia_heracleii
Euleia heraclei  : La Mouche du céleri  est une mouches à fruits réputée nuisible.



Mais, hélas ! le brigandage sous toutes ses formes fait loi dans la mêlée des vivants.

 Du moindre au plus élevé, tout producteur est exploité par l'improductif.
L'homme lui-même, qui, par son rang exceptionnel, devrait être en dehors de ces misères, excelle dans ces âpretés de fauve.
Il se dit : «Les affaires, c'est l'argent des autres », comme le moucheron se dit : «Les affaires, c'est le miel de l'Halicte ».
Et pour mieux brigander, il invente la guerre, l'art de tuer en grand et de faire avec gloire ce qui, fait en petit, conduirait à la potence.

Souvenirs entomologiques Série VIII, Chapitre 7
[ Jean Henri Fabre ]






Accouplement de sarcophagidae

Platystoma seminationis
Platystoma seminationis : une mouche graphique 

Platystoma seminationis
Platystoma seminationis

Homoneura
Homoneura sp.


Quand la mouche était une parure
Au XVIIIe siècle, on appelait mouches des bouts de tissu noirs que les femmes de la haute société collaient sur leur peau,
pour mettre leur pâleur en valeur. Il était en effet de bon ton d’avoir un teint pâle, le teint hâlé étant le signe des gens modestes,
qui travaillent à l'extérieur, donc des paysans ou des simples ouvriers.

Selon l’endroit du visage où elle était posée, la «mouche» prenait une signification différente :
Sur le front : la majestueuse
Près de l’œil : la passionnée
Sur la joue : la galante
Sur les lèvres : la discrète
Sur la bouche : celle qui embrasse
Sur le nez : l’effrontée


Des mouches avec un aspect métallique

Calliphora vicina
Calliphora vicina

Calliphora vicina

Chrysomya albiceps
Chrysomya albiceps



Lucilia
Lucilia sp.

Une mauvaise réputation
La mouche est un insecte mal aimé, parce qu'il passe pour fréquenter des malpropres avant de se poser sur nos aliments
sur lesquels il peut déposer des microbes pathogènes**.

Si la mouche domestique inspire souvent une certaine répugnance, il existe d'autres diptères vivement colorés.
La plupart sont utiles pour la pollinisation, la transformation des déchets organiques en humus.
Elles contribuent également à la disparition des charognes et des ordures en y déposant leurs œufs,
certaines combattent des insectes nuisibles, interviennent dans le processus de vinification...
Sans parler de leur rôle clé dans la chaîne biologique: sans mouches, pas d'oiseaux ni de poissons qui sont friands d'insectes.
La drosophile est un diptère de choix pour les recherches en génétique.  





Une série de petites mouches ...


Le terme mouche vient du latin «musca».
Jusqu’au XVIIe siècle, le terme mouche englobe de nombreux insectes tels que «la mouche à miel» (l’abeille),
 «la mouche cornue» (le scarabée) ou «la mouche à chien» (la tique), la «mouche à feu» (la luciole, ou ver luisant).

De nos jours, les enthomologistes  rassemblent les différentes espèces de mouches dans l'ordre des diptères,
ou insectes à deux ailes (du grec pteros = aile), dont la mouche domestique est le type le plus connu et le plus répandu.












Physocephala_chrysorrhoea
Physocephala chrysorrhoea :


Physocephala chrysorrhoea :

L'aigle ne prend pas les mouches.
Les lois sont semblables aux toiles d'araignée, qui attrapent les petites mouches, mais laissent passer guêpes et frelons.



Sicus ferrugineus  :  Le Sicus ferrugineux est une petite mouche floricole commune de la famille des Conopidae
qui butine d'avril à septembre les Dipsacacées et Astéracées principalement.
On remarque tout d'abord son coloris rouge rouille, on est intrigué ensuite par sa curieuse position :
l'extrémité de l'abdomen replié en crochet vers la face inférieure du ventre.


à Estivaux,  posé sur la carrosserie de ma voiture probablement le mâle de l'espèce  Machimus_cyanopus ?



Sicus ferrugineus
Les femelles de Sicus ferrugineux pondent toujours en vol, elles laissent tomber leurs œufs sur le corps de l'hôte.
Les larves du Sicus ferrugineux parasitent les nids de différentes espèces de Bourdons (B. terrestris, B. lapidarius, B. pascuorum, B. hortorum).
Les œufs sont adhésifs et dotés d'un appendice qui leur permet de s'ancrer entre les poils,
à la jonction des sternites de l'Hyménoptère attaqué qui les transporte dans son nid.
Après l'éclosion la larve pénètre à l'intérieur de l'abdomen de l'hôte et s'y développe jusqu'à son éclosion.


 ► Retour au début de page

Les pages consacrées aux visiteurs du jardin d'été se poursuivent  avec ces liens proposés :

Page 1 :
Entrée du jardin et
quelques autres insectes
LES MOUCHES

Page 2B :
Les Syrphidés
LES ABEILLES
Page 3 :
Les abeilles et  autres
Hyménoptères du jardin
Logo de correzitude

Page d'accueil du site web :  www.correzitude.fr

Création : Dominique Gaudefroy pour www.correzitude.fr --- octobre / novembre 2016 en Corrèze